Le vibrato incandescent de Penck chez Maeght

IMG_0207

Tension entre deux mondes, tentative de s’approprier une histoire étrangère sinon étrange, adaptation progressive à une société nouvelle. A.R. Penck est un artiste singulier issu du chaos de l’après-guerre allemand. Terré dans son atelier pendant deux ans il étudiait, disait-il, le capitalisme dont il ignorait tout, ayant grandi à l’Est.  Une anecdote est révélatrice de ce parcours de vie. Le peintre se familiarisait avec l’Ouest en lisant des magazines faisant la part belle au nu féminin. Désireux de se mettre à la page, il reçut un journaliste venu l’interviewer en tenue d’Adam…

Plus sérieusement cet homme profondément soucieux de comprendre l’histoire et ses enjeux, portant un regard attentif à l’humain, pris dans les remous de la pensée philosophique, a donné corps à une œuvre saisissante à laquelle la Fondation Maegh rend hommage en exposant plus de 150 peintures, sculptures et dessins.

bb9a7539-56ec-4077-8887-a9d110f2e0fe@augure

Ses peintures évoquent l’art pariétal et vibrent volontiers sur un tempo jazzy. Ses sculptures comme celle qui trône magnifiquement au fond de la Cour (voir photo en tête de l’article) dialoguent volontiers avec Miro ou Giacometti. Les passerelles existent entre les créateurs qui ont fondé cet espace de réflexion, d’art et de vie que préserve la Fondation. Le choix de Penck devient lumineux lorsqu’Olivier Kaeppelin avec ses mots toujours magiques nous livre ses pensées: « Si l’art est l’un des moyens les plus perspicaces et les plus justes pour comprendre la psychologie humaine, pour mettre en lumière la vérité d’un individu, il peut, également, tenter d’exprimer non plus l’identité d’une personne mais celle d’une « humanité », d’un groupe d’hommes confrontés au temps ou à l’Histoire. L’art prend une dimension légendaire chez A.R. Penck quand il cherche à représenter les jeux, les signes, les langages, les chansons de geste de cette humanité ».

Pour pénétrer plus avant dans cet univers multiple dans lequel nous promène ce grand peintre allemand de la fin du 20e siècle il convient de s’attarder quelques instant dans le petit cabinet où sont rassemblés ses carnets de dessins. Nous voyons ici comment l’écriture, les graphes et l’exploration des différents langages contribuent à une étude globale de l’expression humaine dans ce qu’elle a de plus intemporel et universel.

FullSizeRender

A.R. Penck. Jusqu’au 18 juin. Fondation Maeght. 623 chemin des Gardettes. Saint-Paul de Vence. http://www.fondation-maeght.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s