Jean Von Luger sème ses poussières de rêve chez Helenbeck

FullSizeRender 2Des jets de lumière, de vaporeux nuages qui dansent bizarrement sur des toiles que l’on croirait froissées. Tout l’art de Jean Von Luger, qui expose chez Chantal Helenbeck, à Nice, tient dans un parti pris distancié, vaporiser à une certaine distance des pigments gris sur le lin qui s’en trouve bouleversé. Car ces projections, ponctuées par endroits de petites tâches de peinture noire, caressent l’aléatoire et suscitent le rêve.

« Dust over dust ». De la poussière sur la poussière comme pour brouiller les pistes, battre les cartes de la pensée, éloigner les certitudes. On ne sait comment ce jeune artiste que la commissaire d’exposition, Camille Frasca, qualifie de « peintre du refus créateur » parvient à nous toucher jusqu’à avoir envie de rester face à ses toiles. En contemplation, l’esprit en lévitation, calme, ouvert.

Je ne sais comment aussi me sont revenus en mémoire des vers de Stéphane Mallarmé qui parle de parfums volatiles et d’art subtil , de hasard et d’absolu. Et devant un petit format où apparaît la mine discrète de ce qui pourrait être une tulipe noire je songe à cette « Triste fleur qui croît seule et n’a d’autre émoi Que son ombre dans l’eau vue avec atonie ».

On peut se réjouir de cette première exposition française pour cet artiste originaire de Strasbourg qui a déjà exposé à plusieurs reprises en Allemagne et aux Etats-Unis. A découvrir.

« Dust over dust ». Jean Von Luger. Jusqu’au 18 juin. Galerie Helenbeck. 6 rue Defly. Nice. Tel 04.93.54.22.82  chantal@helenbeck.fr

FullSizeRender

Publicités

Birmanie, terre d’ouverture

IMG_1751 (2)

Quelque chose s’est passé là-bas, au bout du monde. Impalpable sur l’instant, déroutant, énigmatique. Comme si le contact avec cette population, contact si facile, si serein malgré les barrières linguistiques, laissait des traces qui ne fleurissent que des semaines plus tard, lorsque le voyage a en quelque sorte été assimilé par le cerveau et le cœur.

La Birmanie est une terre étrange qui entrevoit à peine le sursaut d’une liberté toute neuve.  Surnommée « The Lady », Aung San Suu Kyi, l’héroïne Prix Nobel, est aujourd’hui Porte-parole du Président.  Sa nomination est intervenue alors que j’étais là-bas. Des sourires ont empli les rues, les visages se sont illuminés.

Cet espoir d’ouverture colle si bien à la personnalité des Birmans que l’on a peine à imaginer le joug subi durant des années. Voici un peuple bigarré, composé d’une quantité de tribus, mêlant bouddhisme et animisme, prière fervente et superstition, respect et adoration. L’immense plaine de Bagan où une multitude de temples (près de 3000 dont certains en ruine) se dorent au couchant d’une lumière irréelle suffirait à elle seule à justifier la visite de ce pays plus grand que la France. Paysage unique, apaisante malgré une chaleur de plomb, inoubliable.

IMG_1712 (3).jpg

P1100330Ici coule l’Irrawaddy où il fait bon voguer à bord d’une embarcation aléatoire pour attendre le crépuscule et voir les reflets argent se mêler aux sables et aux alluvions. Un spectacle paisible, prenant, onirique. Lorsqu’on retourne sur la rive, une vie trépidante secoue les neurones. Les bateliers sont là, nombreux, à attendre les touristes pour proposer une périple inattendu et hasardeux  mais singulièrement bienveillant. Avec une petite tasse de thé et quelques gourmandises birmanes,  bonbons acidulés et croustillants.IMG_1764.jpg

IMG_1555.jpg

L’eau, omniprésente, bienfaitrice et vénérée. L’eau du lac Inle, à quelques encablures de Kalaw, station climatique du pays swan, c’est l’or bleu pour des populations qui ont du s’adapter, construire leurs maisons sur pilotis et aménager des potagers flottants où les sangsues tâchent de vermillon les plants de tomates. Un paradis bruyant à cause du ballet incessant des pirogues à moteur. Une terre magique avec la possibilité de fuir le brouhaha en s’aventurant sur les canaux permettant de gagner des endroits improbables, des villages encore peu fréquentés par les touristes, des temples qui se méritent au bout d’une ascension assez raide. Il est bon d’être seul et de choisir des voyages faisant une large place à l’initiative individuelle. Pour ce faire je conseille un organisme respectueux de l’environnement et de l’humain. « Terre Voyages » opte pour le sur-mesure et promeut un tourisme responsable et éthique.

IMG_1836 (1).jpg

IMG_1636.jpg

Il s’agit ici pour moi de livrer quelques impressions, de partager des émotions, des expériences. Loin de la volonté de décrire toutes les curiosités à découvrir dans ce pays en partie encore méconnu. Bien-sûr les pagodes uniques au monde, les bouddhas couchés, assis, debout, certains défigurés par les milliers de feuilles d’or les ayant recouverts,. Bien-sûr des forêts luxuriantes, la jungle, le paradis des oiseaux, les éléphants, les singes qui vous sautent dessus lors de la visite du mont Popa, sanctuaire des esprits. Bien-sûr des marchés aux couleurs brûlantes, des petits vendeurs bouleversants, des moines auxquels chacun tend une poignée de riz, des jeunes femmes éblouissantes. Mais il y a aussi un « je ne sais quoi » qui chavire l’âme. A chacun, de le ressentir, ou pas… Le choc est grand au retour, lorsqu’on atterrit à Bangkok ou à Roissy.IMG_1552 (1).jpg

P1120775Une petite anecdote

Au centre de Kalaw, à deux pas d’un marché invraisemblable, coloré, à vif, une porte entrouverte et quelques notes de musique. Je risque une petite intrusion. A peine aperçue, me voici invitée avec sourires, chaleur, empressement. Il y a un mariage. Entre une ravissante jeune femme bouddhiste et un fringant jeune homme musulman. Ils sont  beaux, ils sont heureux, ils sont accueillants. Nous buvons le thé, nous mangeons des pâtisseries et nous sommes sous le charme d’un monde ouvert, tolérant, bienveillant.

P1110493

Pour votre voyage en Birmanie: Terre Voyages, 28 Bd de la Bastille 
75012 Paris
+33 (0) 1 44 32 12 86 www.terre-voyages.com

Pour votre vol au départ de Paris: Thai Airways. Un vol sur Bangkok à bord de l’appareil le plus silencieux du monde, l’A380. La compagnie assure plusieurs correspondances vers Yangon ou Mandalay, en Birmanie. www.thaiairways.com

Les mots lumière d’Henri Maldiney à la Fondation Maeght

IMG_2108Je le savais, la Fondation, une fois de plus, allait balayer les idées grises, la foultitude des « A quoi bon? » , les peurs et les doutes. Car en ce lieu où nous sommes nombreux à avoir grandi du côté de l’esprit et de l’émotion se passe toujours quelque chose d’impalpable et d’unique. Hier soir « L’art et l’être » ont été déclinés avec les mots du philosophe Henri Maldiney. Des mots superbement égrenés par les comédiens de l’ERAC, dirigés par Frédéric Grosche, qui ont déambulé dans le labyrinthe Miro, dans les salles et jardins et mis en lumière par leur présence ces mots du penseur: « Si le sens prend corps dans la parole, il se fait chair dans la voix ».

La soirée s’est ouverte sur les propos de Malraux soulignant lors de son inauguration le caractère inventif, à part, hors des chemins, de cette Fondation qui est beaucoup plus qu’un musée. Puis, avec en fond de tableau la gigantesque construction de Christo qui exposera dès le mois prochain son « Mastaba », les phrases  du penseur de l’art et de l’être nous ont promenés parmi les œuvres.

« Une œuvre d’art n’est pas un objet, elle existe. Son existence ne consiste pas à se mettre en vue mais à donner à voir et à être. L’art n’est pas un objet de représentation. Il est une forme de présence ». Et cette présence initie une autre façon d’être au monde, donne des clés pour fuir l’abject. Comme l’a dit Olivier Kaeppelin, directeur de la Fondation « L’art est, aujourd’hui, absolument nécessaire. A la peur des catastrophes, de l’arrêt de mort, l’Art, sous toutes ses formes, répond par l’échappée, par le mouvement, une forme de vie et de plaisir ».

Cette soirée organisée par la Société des amis de la fondation, à l’initiative d’Aurore Busser, grande amie des arts et des lettres, a permis d’entendre le merveilleux violoniste Daniel Lagarde. Des partitions de Jean-Sébastien Bach. Le cristal des notes dans l’atmosphère crépusculaire d’un parc boisé et inspiré. Le point d’orgue d’une soirée lumineuse.

IMG_2107

 

 

Birmanie, terre d’ouverture

IMG_1751 (2)

Quelque chose s’est passé là-bas, au bout du monde. Impalpable sur l’instant, déroutant, énigmatique. Comme si le contact avec cette population, contact si facile, si serein malgré les barrières linguistiques, laissait des traces qui ne fleurissent que des semaines plus tard, lorsque le voyage a en quelque sorte été assimilé par le cerveau et le cœur.

La Birmanie est une terre étrange qui entrevoit à peine le sursaut d’une liberté toute neuve.  Surnommée « The Lady », Aung San Suu Kyi, l’héroïne Prix Nobel, est aujourd’hui Porte-parole du Président.  Sa nomination est intervenue alors que j’étais là-bas. Des sourires ont empli les rues, les visages se sont illuminés.

Cet espoir d’ouverture colle si bien à la personnalité des Birmans que l’on a peine à imaginer le joug subi durant des années. Voici un peuple bigarré, composé d’une quantité de tribus, mêlant bouddhisme et animisme, prière fervente et superstition, respect et adoration. L’immense plaine de Bagan où une multitude de temples (près de 3000 dont certains en ruine) se dorent au couchant d’une lumière irréelle suffirait à elle seule à justifier la visite de ce pays plus grand que la France. Paysage unique, apaisante malgré une chaleur de plomb, inoubliable.

IMG_1712 (3).jpg

P1100330Ici coule l’Irrawaddy où il fait bon voguer à bord d’une embarcation aléatoire pour attendre le crépuscule et voir les reflets argent se mêler aux sables et aux alluvions. Un spectacle paisible, prenant, onirique. Lorsqu’on retourne sur la rive, une vie trépidante secoue les neurones. Les bateliers sont là, nombreux, à attendre les touristes pour proposer une périple inattendu et hasardeux  mais singulièrement bienveillant. Avec une petite tasse de thé et quelques gourmandises birmanes,  bonbons acidulés et croustillants.IMG_1764.jpg

IMG_1555.jpg

L’eau, omniprésente, bienfaitrice et vénérée. L’eau du lac Inle, à quelques encablures de Kalaw, station climatique du pays swan, c’est l’or bleu pour des populations qui ont du s’adapter, construire leurs maisons sur pilotis et aménager des potagers flottants où les sangsues tâchent de vermillon les plants de tomates. Un paradis bruyant à cause du ballet incessant des pirogues à moteur. Une terre magique avec la possibilité de fuir le brouhaha en s’aventurant sur les canaux permettant de gagner des endroits improbables, des villages encore peu fréquentés par les touristes, des temples qui se méritent au bout d’une ascension assez raide. Il est bon d’être seul et de choisir des voyages faisant une large place à l’initiative individuelle. Pour ce faire je conseille un organisme respectueux de l’environnement et de l’humain. « Terre Voyages » opte pour le sur-mesure et promeut un tourisme responsable et éthique.

IMG_1836 (1).jpg

IMG_1636.jpg

Il s’agit ici pour moi de livrer quelques impressions, de partager des émotions, des expériences. Loin de la volonté de décrire toutes les curiosités à découvrir dans ce pays en partie encore méconnu. Bien-sûr les pagodes uniques au monde, les bouddhas couchés, assis, debout, certains défigurés par les milliers de feuilles d’or les ayant recouverts,. Bien-sûr des forêts luxuriantes, la jungle, le paradis des oiseaux, les éléphants, les singes qui vous sautent dessus lors de la visite du mont Popa, sanctuaire des esprits. Bien-sûr des marchés aux couleurs brûlantes, des petits vendeurs bouleversants, des moines auxquels chacun tend une poignée de riz, des jeunes femmes éblouissantes. Mais il y a aussi un « je ne sais quoi » qui chavire l’âme. A chacun, de le ressentir, ou pas… Le choc est grand au retour, lorsqu’on atterrit à Bangkok ou à Roissy.IMG_1552 (1).jpg

P1120775Une petite anecdote

Au centre de Kalaw, à deux pas d’un marché invraisemblable, coloré, à vif, une porte entrouverte et quelques notes de musique. Je risque une petite intrusion. A peine aperçue, me voici invitée avec sourires, chaleur, empressement. Il y a un mariage. Entre une ravissante jeune femme bouddhiste et un fringant jeune homme musulman. Ils sont  beaux, ils sont heureux, ils sont accueillants. Nous buvons le thé, nous mangeons des pâtisseries et nous sommes sous le charme d’un monde ouvert, tolérant, bienveillant.

P1110493

Pour votre voyage en Birmanie: Terre Voyages, 28 Bd de la Bastille 
75012 Paris
+33 (0) 1 44 32 12 86 www.terre-voyages.com

Pour votre vol au départ de Paris: Thai Airways. Un vol sur Bangkok à bord de l’appareil le plus silencieux du monde, l’A380. La compagnie assure plusieurs correspondances vers Yangon ou Mandalay, en Birmanie. www.thaiairways.com