Image

Le jour où Rostro m’a sauté au cou

Il était incroyable cet homme! Un géant au pied d’argile côté affect. Et drôle! Je me souviens d’une anecdote. Au Négresco, le palace niçois, à la veille d’un concert, le violoncelliste a failli s’étouffer de rire. Rostropovitch, à peine arrivé à l’hôtel, demanda un pupitre. « Ce soir ou immédiatement ? », s’enquit la gouvernante. « J’en ai besoin tout de suite », répondit le musicien. C’est ainsi qu’on lui apporta séance tenante un rehausseur de lit que l’on appelle également « pupitre »…

Lorsque je l’ai rencontré il m’a embrassée en toute simplicité car il avait passé un bon moment en répondant à mes questions. J’étais jeune et je découvrais combien sont accessibles les génies, les vrais. L’avenir devait me conforter dans cette opinion.

ROSTROPOVITCH

Publicités