Chartreuse de charme au « Cottage sous l’truc »

IMG-5610.JPG

Un petit coin de paradis au coeur de la Chartreuse. Des chambres d’hôtes qui allient charme, chic et convivialité. Stéphane et Denis sont aux petits soins pour accueillir des convives forcément séduits par la nature environnante et le charme de la maison. Quiétude, plaisir de yeux et du palais car ici la cuisine entièrement maison, cela va sans dire, se pique aussi d’exotisme quand elle ne concocte pas de la plus belle façon les spécialités régionales. Bref, une adresse à recommander.

Quant aux montagnes altières, décorées de forêts denses, coiffées de plateaux où courent es marmottes, elles permettent de se mettre en appétit pour le festin du soir. Randonnées, découverte de hameaux typiques et de fermes traditionnelles, promenades aquatiques dans les nombreuses rivières qui se disputent le territoire… Une pause fraîcheur conseillée pour lâcher prise, se ressourcer et découvrir une région bénie des dieux.IMG-5624.JPG

Le cottage sous l’truc Les Claret, Saint-Pierre-d’EntremontTel 06 95 24 15 35

 

 

Publicités

Jan Fabre à la Fondation Maeght, le cerveau devant soi

IMG_5521.jpg

Certains lieux agissent par magie. J’ai conscience de me répéter mais j’assume pleinement cet attachement artistique et affectif. La fondation Maeght n’est pas un musée (Malraux le dit d’emblée lors de son ouverture). Elle a une autre identité, une identité plurielle et ouverte et restera toujours cet espace privilégié où la nature déploie sa lumière pour éclairer l’œuvre des homme, des architectes, des poètes, des artistes.

Ce prologue pour justifier une volte-face. Jan Fabre m’a souvent agacée. Peu sensible à ses orgies d’or célébrant le baroque d’un autre âge, lassée par des provocations revêtant les atours du surréalisme pour en justifier les excès, j’allais à reculons vers une exposition qui pourtant m’a éblouie. Jan Fabre a installé dans la cour Giacometti des marbres de Carrare qui se mirent dans un parterre doré. Une Pieta revisitée dit la finitude humaine hors de tout propos religieux et le cerveau, cet organe du désir, du plaisir, de la folie et de la découverte, prendre possession des jardins et des salles.

Jusqu’à devenir ce rocher que trois tortues essaient en vain de pousser. Le mythe de Sisyphe appliqué à la plasticité neuronale qui, elle-même, renvoie sans doute aux arts plastiques et aux affres de la création sans cesse mise en doute et poursuivie avec acharnement.

IMG_5511.jpg« Ma nation l’imagination » nous dit jan Fabre. Sans imagination rien n’est possible. « Sans imagination, pas d’érection » se plaît-il à souligner. La survie même de l’espèce dépend du cerveau, cet organe encore mystérieux en dépit de toutes les découvertes scientifiques évoquées non sans humour dans cette exposition. On ne peut l’attraper et il mue sans crier gare. C’est peut-être pour cette raison que le papillon lui est associé comme le scarabée est lié à l’estomac chez l’artiste flamand.

 

Une mise en scène très étudiée présente le cerveau, lieu de tous les possibles, contrée    dépourvue de frontières, flèche tournée vers l’infini. C’est dans ses replis que Jan Fabre traque la beauté et lorsqu’une croix le domine il faut y voir un arbre de vie. La signalétique n’a ici rien de religieux à moins de caresser les dieux païens. On croyait le cœur siège de l’âme. On sait aujourd’hui que la matière grise elle seule colore les émotions. Le cerveau, vedette incontestée de cette exposition magistrale, épouse les contours de la Fondation. Et l’opalescence du marbre auréolée par le vert des pins ouvre en effet toutes les vannes pour qu’une imagination débridée s’empare de l’esprit des lieux.

IMG_5518

 

Jusqu’au 11 novembre.  Jan Fabre « Ma nation l’imagination ». Fondation Maeght. 623 chemin des Gardettes. Saint-Paul. Tel. 04.93.32.81.63