Ma Prom à moi

IMG_0117

La Promenade des Anglais fait son entrée dans le monde et espère se classer au patrimoine mondial de l’UNESCO. Un souffle vivifiant caresse les palmiers et l’on se prend à rêver de gloire pour ce bord de mer si riche de souvenirs et d’émotions.

C’était il y a loin déjà. Sur la terrasse du Palais de la Méditerranée mes grands-parents et ma mère, éblouis par la lumière du sud, contemplaient la bataille de fleurs. J’étais toute petite et j’avais l’impression de vivre au pays des merveilles. Plus tard, adolescente, je déboulais à toute allure du lycée Calmette pour m’enivrer d’iode et de soleil en guise de pause déjeuner. Plus tard encore je travaillais les textes des Classes Prépa en profitant de ce cadre magique. Mon grand-père était un habitué du café « Queeny », mes parents de la « Brasserie du Forum » et moi des galets d’Opéra plage.

Aujourd’hui, je sais que je suis née ici par hasard. Nice, terre d’asile, rêve d’or et de bleu pour les gens du Nord. Nice, libre encore aux heures les plus sombres de notre histoire. Certes l’azur se fait cinglant parfois. Il ne rend pas toujours heureux et semble ironiser lorsqu’on a du chagrin. Mais à chaque fois que j’atterris sur le tarmac de Nice-Côte d’Azur, je remercie mes parents d’avoir choisi de vivre ici. Fascinée par le collier de perles qui, à la nuit tombante, dessine la baie des Anges. Heureuse, oui vraiment heureuse, de rentrer chez moi.

Publicités

Sculptures en apesanteur au château Sainte Roseline

 

IMG_0184

Un magicien a investi cet été le parc du château Sainte Roseline, aux Arcs, dans le Var. Nicolas Sanhes, dont on avait pu admirer l’an dernier les sculptures immaculées à la Bastide Rose, non loin de l’isle-sur-la-Sorgue, promène cette fois ses œuvres dans les jardins et devant la chapelle du domaine viticole.

Des oeuvres monumentales qui pèsent des tonnes et qui pourtant semblent suspendues, aériennes. Dirons-nous qu’elles flottent, cherchant à accéder à une sorte d’immatérialité? Ici réside le mystère de ce plasticien qui a trouvé son style. Une force qui se fait oublier grâce à des assemblages savants et des angles gommés par la danse des lignes.

 

« Je ne supporte plus Ben! »

photo

On avait rendez-vous sur le parvis du MAMAC. Ben est arrivé et m’a lancé tout de go: « Je ne supporte plus Ben! ». « ça tombe bien! Moi non plus… ». C’était il y a quelques années. On a bien rigolé, puis on a parlé de tout et de rien. Et de l’essentiel surtout. Son essentiel, l’art, la gaudriole, le Sud. Et… Fluxus. Ben a changé pas mal de choses et aujourd’hui, dans le monde entier, on connaît ses facéties en lettres blanches sur fond noir.

Ben vient de fêter ses 80 ans. Un sacré personnage. Un jeune homme toujours aussi provoc et déroutant qui a animé une fête de folie, qui a dansé, monologué et chouchouté ses invités. Et, le temps d’une photo, câliné sa compagne de toujours, Annie. Une Sainte! Longue route Ben ! Ne nous lâche pas !

Et tu vois, j’ai suivi ton idée. Toi qui a écrit dans l’une des tes newsletters: NICOLE LAFFONT
devrait ouvrir son Site
ce que Nicole Laffont pense de l’art à Nice
son texte sur moi dans Nice Matin a plu à beaucoup
qui m’ont dit
« C’est fou comme c’est vrai »

BEN1

BEN2

Le jour où j’ai cru devenir l’amie de Liza Minelli

LIZMIN1

L’un des plus extraordinaires souvenirs de ma carrière! J’ai tapé dans l’œil ou plutôt dans l’oreille de Liza Minelli. Elle a apprécié mes questions et m’a invitée au gala de l’AMFAR en plein festival de Cannes. J’ai dîné a sa gauche, elle ne m’a pas quittée. Sauf pour chanter « New York, New York » sur la scène. C’était un feu d’artifice qui finit en feu de paille. C’est toujours comme ça avec les stars….

LIZMIN2